top of page

Un tour d'horizon des cartes historiques de Toulouse


L'histoire de Toulouse est riche et complexe, et la ville a connu de nombreux changements au fil des siècles.


Pour mieux comprendre cette évolution, les cartes sont un outil précieux. Elles permettent de visualiser les transformations de la ville, les évolutions de son urbanisme, de sa topographie, de sa démographie, et bien d'autres éléments encore.

Dans cet article, nous vous proposons d'explorer cette histoire de Toulouse à travers un ensemble de cartes historiques.


1631 : Plan de la ville de Tholose (Toulouse), par Melchior Tavernier


Nous commençons notre tour d'horizon des cartes de Toulouse avec cette carte précieuse et unique de Melchior Tavernier en 1631, avec son dessin en axonométrie et cette forme de cœur remarquable qu'avait la ville à l'époque. Le détail et la précision de cette carte sont exceptionnels, avec chaque rue, chaque bâtiment et chaque monument représentés de manière minutieuse.


On peut y découvrir les fortifications de la ville, ainsi que les principaux points d'intérêt tels que les églises (Saint-Sernin, les Cordeliers, et hors des murailles : Saint-Aubin et Saint-Michel, etc.) les hôtels particuliers, les places publiques et les rues dont certaines ont subsisté jusqu'à nos jours : rue du Taur, grande-rue Saint-Michel, rue Saint-Rome, rue Pargaminières, etc.



On remarquera également que la Garonne n'est pas tout à fait comme elle l'est de nos jours : le quai de Tounis actuel était jadis sur une île, l'île de Tounis, qui était séparée de la rive droite par un bras de la Garonne : appellée Garonnette, ou petite Garonne, ou encore canal de Lissac (ou Lyssac). Ce bras de la Garonne a été asséché en 1954.

On note également la présence d'un pont de bois aujourd'hui disparu, situé légèrement en amont du Pont Neuf, ainsi que d'un "Pont Couvert" situé en aval du Pont Neuf.


Ce dernier pont s'appelait avant cela le Pont de la Daurade. Il reliait le faubourg Saint-Cyprien, sur la rive gauche du fleuve, au monastère de la Daurade et à son église du même nom, sur la rive droite. Ce pont fut le deuxième pont en maçonnerie construit sur la Garonne à Toulouse, après le pont-aqueduc érigé au Ier siècle à l'époque gallo-romaine. La construction du pont débuta dans la deuxième moitié du XIIe siècle, avec l'utilisation de pierres et de briques. Cependant, en raison des fréquentes inondations, les autorités municipales ont remplacé progressivement les voûtes de briques par des tabliers de charpente en bois, au fur et à mesure qu'elles étaient emportées. Le pont a finalement été couvert en 1480, et c'est à ce moment-là qu'il a été renommé Pont-Couvert. Aujourd'hui, le Pont de la Daurade est un lieu chargé d'histoire et un incontournable pour les visiteurs de la ville rose. Le pont de la Daurade, qui avait déjà subi plusieurs dommages à cause des inondations, était en mauvais état au XVIe siècle. En 1541, François Ier décida de le remplacer par un nouveau pont, le Pont-Neuf, qui fut terminé en 1632. Peu de temps après, en 1639, de nouvelles inondations détruisirent de nouveau le pont de la Daurade, qui fut finalement abandonné. Les ruines du pont ont disparu au XVIIIe siècle, à l'exception de la première arche du pont du côté de l'Hôtel-Dieu Saint-Jacques, qui a survécu.


Évidemment, il n'y a pas les ponts Saint-Pierre, Saint-Michel et des Catalans, qui sont arrivés après.


Voilà pour cette très belle entrée en matière dans l'histoire cartographique de Toulouse.


Cette carte, très jolie, est en vente dans notre boutique, et vous pouvez la retrouver directement en cliquant sur le lien ci-dessous :)


1680 : Plan de Toulouse divisé en huit capitoulats, par Jouvin de Rochefort

Nous faisons un bond de 50 ans en avant et nous retrouvons désormais avec une carte de Toulouse également très jolie, celle de Jouvin de Rochefort, réalisée en 1680. Elle présente une vue détaillée de Toulouse divisée en huit capitoulats, avec des informations sur les rues, les places, les bâtiments et les monuments importants de la ville. Le régime des capitouls à Toulouse est un système de gouvernance qui a été en place dans cette ville de France au Moyen Âge. Selon ce système, la ville était divisée en huit quartiers, appelés "capitoulats", chacun d'entre eux étant dirigé par un "capitoul", c'est-à-dire un magistrat élu. Les capitouls étaient responsables de l'administration de la ville et de la gestion de ses affaires municipales, et ils étaient élus par les habitants de chaque quartier. Le régime des capitouls a été instauré à Toulouse au début du XIIe siècle et a été en place jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Pendant cette période, il a joué un rôle important dans le développement de la ville et a contribué à son rayonnement économique et culturel. En somme, le régime des capitouls a été un système de gouvernance important à Toulouse pendant de nombreux siècles, qui a permis à la ville de prospérer et de devenir l'une des plus importantes de France.


Dans cette carte, on peut relever des évolutions du plan de la ville.

Tout d'abord, remarquons sur la Garonne qu'il n'y a pas plus le pont de bois, et qu'il ne reste du Pont Couvert (ou Pont de la Daurade) que les piles de pierre en ruine.


On remarque aussi, en centre-ville, que la place du Capitole commence à se matérialiser. En périphérie de l'enceinte fortifiée, les faubourgs se développent : faubourg Matebiou (futur Matabiau) et Saint-Etienne au nord, faubourg Saint-Michel à l'est, faubourg Saint-Cyprien au sud.



Des grands bâtiments, surtout religieux, font leur apparition à ce moment-là sur la carte, comme la Cathédrale Saint-Etienne (qui était présente depuis le XIème siècle, mais qui a connu sa forme "définitive" au cours du XVIIème siècle).



Cette très belle carte de Toulouse est en vente dans notre boutique, dont vous pouvez retrouver le lien ci-dessous :



18ème siècle : Plan de la ville et des faubourgs de Toulouse, par Chalmandrier


Nous continuons notre tour avec une très belle carte de Nicolas Chalmandrier, dont l'année de publication est inconnue mais dont on sait qu'elle date du XVIIIème siècle.

En couleur, elle met encore plus en valeur la forme de cœur de la ville à l'époque.



En examinant cette carte minutieusement réalisée, il est possible de voir les bâtiments, les rues et les places les plus emblématiques de la ville, ainsi que les quartiers résidentiels et les jardins publics.


Notons également la première apparition du canal du midi.

Le canal du Midi est un impressionnant ouvrage d'art qui relie la Méditerranée à l'océan Atlantique, en passant par Toulouse. Il a été construit au XVIIe siècle sous l'impulsion de Pierre-Paul Riquet, un ingénieur visionnaire, qui a réussi à convaincre le roi Louis XIV de financer la construction de ce canal.

Le canal du Midi a eu un impact considérable sur l'économie et le développement de Toulouse. Grâce à sa situation stratégique sur le canal, la ville est devenue un important centre commercial, attirant de nombreux commerçants et industriels qui ont contribué à la croissance économique de la ville.

Le transport des marchandises sur le canal a également permis le développement de nouvelles industries, comme la fabrication de briques, de tuiles et de poteries, qui ont prospéré grâce au transport facile et bon marché des matériaux nécessaires à leur production.


Enfin, le cadre du dessin enrichi beaucoup la carte et lui donne un aspect solennel et historique très appréciable.



Retrouvez dès maintenant cette carte sur notre site, à l'adresse suivante :



1772 : Plan de la ville de Toulouse et de ses environs, par Dupain-Triel

Dans cette carte de 1772, nous découvrons un nouveau plan de la ville, avec un cadrage plus large par rapport aux cartes déjà présentées. On peut donc mieux apprécier la topographie autour de Toulouse, et y voir des particularités qui ont perduré jusqu'à aujourd'hui, comme cette langue de terre au nord qui est devenue depuis Jolimont,ou encore Pech David à l'Est, déjà dénommé comme tel il y a 250 ans !

Cette carte, avec ses tables de renvoi et de triangulation (permettant de situer précisément les différents points d'intérêt), possède un cachet authentique et plaisant.



Alors n'hésitez plus et ajoutez cette carte exceptionnelle à votre collection dès maintenant ! Vous la retrouverez sur notre boutique en ligne à l'adresse suivante :



1815 : Plan de la ville et faubourgs de Toulouse, par Vitry

Cette carte de la ville et des faubourgs de Toulouse est tout simplement exceptionnelle ! Avec ses couleurs vibrantes et ses détails précis, elle offre une vue unique de la ville telle qu'elle était en 1815. On peut y voir notamment les emprises projetées des futurs boulevards tels qu'on les connait aujourd'hui sur la rive droite, entre François Verdier et Compans-Caffarelli.

Cette œuvre tout en couleur fourmille de détails et peut se regarder à toute heure pour retrouver des quartiers et bâtiments qui ont subsisté jusqu'à aujourd'hui !


Ne manquez pas l'occasion de vous offrir cette carte colorée et détaillée, elle est disponible sur notre site à l'adresse suivante :


En conclusion, les cartes historiques sont des outils inestimables pour comprendre l'histoire de Toulouse. Elles permettent de visualiser les changements de la ville au fil des siècles, ses évolutions urbaines, topographiques et démographiques. Les cartes de Melchior Tavernier en 1631 et de Jouvin de Rochefort en 1680 sont deux exemples magnifiques de la richesse de l'histoire cartographique de la ville rose, mais les cartes de Chalmandrier, Dupain-Triel et Vitry ne sont pas en reste ! Elles nous renseignent sur les fortifications, les bâtiments religieux, les hôtels particuliers, les places publiques et les ponts qui ont existé à Toulouse à ces époques. Ces cartes sont un témoignage fascinant de l'évolution de la ville et sont également de belles œuvres d'art. Si vous êtes passionné d'histoire ou de cartographie, n'hésitez pas à explorer davantage ces cartes historiques de Toulouse et à les acheter pour votre collection personnelle.

Comments


bottom of page